Les récupérateurs de chaleur pour optimiser le rendement énergétique d’un feu ouvert

Les cheminées ouvertes laissent l’énergie s’échapper par le conduit de fumée en restituant au plus le quart des calories produites, équiper un récupérateur de chaleur permet d’optimiser le rendement énergétique de celles-ci tout en préservant un aspect esthétique agréable. Il existe plusieurs types de récupérateur de chaleur et chacune possède ces caractéristiques.

Les types de récupérateur

Le chenet soufflant est le premier type de récupérateur de chaleur, le dispositif est composé d’un ventilateur électrique et de tubes serpentins posés directement sur la sole foyère. Il fonctionne en aspirant l’air ambiant réchauffé par le feu avant de ressortir par la bouche frontale et offre un rendement compris entre 10 et 20%. Ensuite l’échangeur à air est un type de récupérateur discret et efficace, ce dernier applique la méthode de convection et de rayonnement mais nécessite l’apport régulier d’air puisé hors de la pièce où il est situé. L’air est chauffé en traversant le caisson de foyer et diffusé par convection. Ce récupérateur offre des performances supérieures par rapport au chenet soufflant avec un rendement de 40% et celui-ci est aussi capable de réchauffer les pièces voisines en propageant l’air à travers des conduits de distribution. Enfin l’échangeur à combustion inversée possède une chambre basse à la place du caisson de foyer, il peut fonctionner à feu ouvert et fermant la plaque foyère, induisant une combustion basse et maintient ainsi un feu continu à température élevée durant 6 heures en moyenne. Cet appareil indique des rendements de 70% mais demande l’apport d’un bois avec un taux de sècheresse élevé en plus d’un air frais présent dans un espace bien ventilé.

Les avantages et inconvénients du récupérateur

Le récupérateur de chaleur peut, comme son nom l’indique, recycler l’énergie dégagée par le système de chauffage pour le distribuer dans les pièces de l’habitation. Il améliore le rendement énergétique tout en réduisant la consommation en termes d’énergie permettant de réaliser des économies sur les factures d’énergies et offre également un aspect écologique en diminuant l’émission de gaz. Son prix reste abordable pour la majorité des budgets mais peut causer une pollution sonore relativement importante si son installation n’a pas été réalisée correctement et peut demander l’intervention d’un professionnel.

Bénéficier des aides et subventions

L’Etat a mis en place des aides financières pour tous particuliers souhaitant réaliser des travaux d’installation ou de rénovation énergétiques bénéfiques pour l’environnement. Ces dernières peuvent être soumises à des conditions mais reste cumulables et sont sous formes de primes de rénovation, crédit d’impôt transition énergétique ou encore d’aides offertes par des organismes tel l’Agence National de l’Habitat ou Anah.

Le poêle à poser : une synthèse entre chauffage à bûches traditionnel et technologie moderne
Comment fonctionne une chaudière à biomasse ?